Enigmes Tests Bibliothèque Mot caché Jeux Vidéos Orientation
Photos scolaires Cocologie Insectclopedia Musiclopedia Techlopedia Ressources PedagoNet
Comment entrevoir la soirée des parents
Anita D. Bellace

Les enseignants et enseignantes devraient avoir une attitude positive le soir de la réunion des parents. La rencontre de parents est le temps par excellence pour présenter aux parents les intentions pédagogiques que nous voulons réaliser durant l'année scolaire. II est essentiel de capitaliser sur cette soirée pour faire une première bonne impression.

Lors d'une telle soirée, dans une école intermédiaire, nombreux parents et moi furent surpris d'entendre des enseignant(e)s traiter les élèves de "bizarres", "étranges" et "impolis". On nous avait promis que nos enfants seraient auto-disciplinés lorsqu'ils(elles) parviendraient en 7e année. Mais entretemps, "ils/elles refusent de respecter les règlements" donc "personne ne veut enseigner la 7e année".

L'absence de décorum ne représentait qu'un aspect de la plainte. Une enseignante mentionnait que: "Ils/elles ne savent pas saisir les concepts". Une autre ajouta que: "Ça ne sert rien d'enseigner des concepts; moi je m'en tiens aux faits."

Pas contre, on nous avait garanti que nos enfants "maîtriseraient le curriculum". Un enseignant affirma: "Le guide de l'enseignant mentionne qu'on doit consacrer six semaines sur l'unité; j'ai passé six semaines sur l'unité . Un autre se vantait que :"Je ne crois pas dans cette approche progressive. Je m'en tiens aux éléments de base du programme".

Par contre cette enseignante n'avait pas une définition claire du terme "éléments de base" - qu'est-ce qu'ils contenaient, comment ils étaient développés, leur nature, leur visée ou leur contenu.

Quel était le rôle de chaque classe dans l'organisation totale de l'école? Qu'est-ce que nos enfants ont a gagné d'une classe à l'autre?

Espérant pouvoir "être éclairés" sur cette situation, nous avons rencontré des enseignant(e)s qui avaient comme devise: "Si on ne peut pas ajouter un commentaire positif..." Certains débutaient la soirée en disant: "J'ai un mal de gorge et je ne puis parler beaucoup. C'est tout aussi bien puisqu'il n' a pas grand chose à dire au sujet de ce cours. "Y-a-t-il des questions?"

Tout en regardant l'horloge qui indique qu'il reste 5 minutes avant la fin de la session d'information, un enseignant déclare: "Je ne puis penser à d'autre chose à dire à ce moment. Est-ce qu'il y a des questions? " Une autre enseignante quelque peu désespérée déclare: "Ce cours n'est vraiment pas indiqué pour des élèves de 7e année. Y-a-t-il des questions?"
Cette dernière question qui peut paraître invitante pour les parents n'est souvent qu'un moment utilisé par les enseignant(e)s pour écourter la rencontre.

Suite à un échange plutôt négatif entre un enseignant et des parents, un de ces derniers a demandé à l'enseignant: "Si selon votre
opinion, ce cours est si monotone et non-pertinent, pourquoi l'enseignez-vous?"
L'enseignant répliqua: "C'est un cours obligatoire et je suis qualifié pour l'enseigner".
Un silence se fit dans la classe jusqu'à ce qu'il fut rompu par une exclamation venant de l'arrière de la pièce: "Non. non, non". Alors on se retourna pour remarquer un parent agité qui continuait en disant: "Nous ne sommes pas venus ici pour entendre ce genre de réponses; n'êtes-vous pas embaucher pour enseigner à nos enfants"? Bravo, ma chère dame, me dis-je à moi-même.

Rassemblé dans les corridors entre les sessions, un groupe de parents s'interrogeaient à savoir s'ils ne devraient quitter plutôt que d'aller aux autres sessions. Mais que diraient-ils à leurs enfants qui les avaient priés de venir.

Je me dirigeai vers la prochaine classe. Une jeune femme dynamique aux cheveux roux nous accueillit avec un sourire et nous dit: "Je m'appelle Mademoiselle Boucher et j'ai beaucoup de plaisir à enseigner cette classe. "

Avec beaucoup d'aplomb, elle nous fit part du programme qu'elle devait enseigner, des habiletés que les élèves développeraient, des procédures d'évaluation, des règlements de conduite dans la classe et ceci sans jamais utiliser de commentaires négatifs.

À la cloche, je me joignis à plusieurs autres parents pour m'empresser de lui donner la main.

Sur mon chemin de retour, je me mis à réfléchir sur l'expérience que je venais de vivre. Ce n'était pas la première fois que je prenais part à des rencontres de parents, par contre je me trouvais toujours dans une situation de confrontation.

Je me suis mise à penser: "Est-ce que c'est vraiment ce que devrait être une soirée de parents? Est-ce vrai de croire que les enseignant(e)s sont aussi négatifs(ives)?"

Comme enseignante, je comprends que les enseignant(e)s vivent des frustrations mais agir de manière négative n'aide pas notre cause. Au lieu de se mettre à dos les parents, nous devrions nous en faire des alliés en les aidant à comprendre le processus éducationnel et en les encourageant à y prendre une part active.

Ceci dit, je vous offre les suggestions suivantes:  

Guide de base pour la soirée des parents

1. Souriez.
2. Présentez-vous et souhaitez la bienvenue aux parents.
3. Donnez un bref aperçu des matières à enseigner.
4. Dressez la liste des habiletés à caractère organisationnel pour comprendre le contenu du cours.
5. Décrivez les méthodes que vous utilisez pour développer des habiletés et comment vous les intégrez à vos cours.
6. Expliquez la nature et le but des cours d'études, des devoirs et des tests.
7. Expliquez les critères que vous utilisez pour évaluer le rendement de l'élève.
8. Si vous avez des difficultés à vous exprimer, placez 3 - 7 sujets sur papier, faites-en des copies et distribuez-les aux parents.
9. Commencez sur une note positive. Exemples: "J'ai un bon groupe d'élèves". "Je suis enchanté de travailler avec vos enfants". Pratiquez-vous si vous êtes gêné.
10. Surtout ne défilez pas une liste de plaintes au sujet de l'élève.



Pédagogie